Génédinant
Groupe d'échange et d'entraide pour la généalogie dans la région dinantaise

LES FERMES DE LENNE (WAULSORT-FREYR) DU XVII’ AU XIX’ siècle

6 juillet 2011 - Michel HUBERT

Comme tous nos aimables amis généalogistes n’ont peut-être pas eu la chance de posséder un exemplaire de l’ouvrage majeur de Paul de SAINT HUBERT, il m’a semblé intéressant de faire connaître cette « Notice sur les fermes de Lenne » qu’il avait publiée comme annexe en fin d’ouvrage et qui est fort intéressante car elle fait référence à plusieurs familles bien connues de la région de Dinant au sens large et ici en particulier de Waulsort et de Freyr

INTRODUCTION

Il résulte d’un extrait du « Registre des visitations faites au plat Pays du Comté de Namur pour les années 1602 et 1603 » (A.E.N. Waulsort - Commune n- 2 - D. Brouwers : les Terriers du Comté de Namur 1601-1612 p. 35 et 38) qu’à cette époque, il y avait à Lenne 4 censes :
- la cense de l’Abbaye de Waulsort que tient un censier de 3 charrues jardins 2 bon., prairies pour 9 ou 10 charées de foin ;
- la cense du Sr. de la Fontaine, 2 charrues ; a seulement les jardins d’environ 2 bon. sans autres prairies ;
- la cense du Sr de Freyr : la maison et édifices d’une cense de 2 charrues, dont les terres de l’une d’icelles sont de cette mairie et le reste de Freyr, que ledit Sgr, fait labourer par serviteur ;
- la cense Michel aux Brebis : une charrue.
Il y avait en outre, une cense à Porenne, dépendant de l’Abbaye : 3 charrues. Elle est souvent appelée cense de Lenne dite de Porenne.
Lorsque, le 14 août 1621 (AEN - Waulsort - Abbaye n- 44) l’Abbaye de Waulsort fait le recensement des biens dépendants de sa cense de Lenne, sont cités comme tenants Mgr. de la Fontaine, Mgr. de Freyr et Pierre aux Brebis. Par la suite, il n’est plus question dans les documents que j’ai consultés, de la ferme de Mgr. de la Fontaine.

En 1632, une liste des bourgeois de Waulsort en vue des gardes à monter (A.E.N. Waulsort - Commune n° 2) mentionne pour Lenne : 4 personnes :
Jean Renson pique
Louys Collart musquet
Jean Martin mèche
Thomas Ropson musquet
Un rapport des échevins de Waulsort du 16 décembre 1642 (A.E.N. Waulsort - Commune n° 2) sur la situation comparée avec celle d’avant la guerre contre la France déclare « qu’aux censes de Lenne et Ftroulle qui sont de la juridiction de Waulsort, il y a 3 censiers et ci-devant il y en avait 5 à savoir un à chaque cense ». Si l’on déduit Ftroulle il y avait donc encore à cette époque 4 censes à Lenne.
Une liste capitale des manants des bans de Waulsort et Hastières, dressée le 25 décembre 1645 (Waulsort - Commune n° 2), en suite de l’ordonnance du 7.12.1645 de S.E.Mgr. le Marquis de Castel Rodrigo, ne mentionne que :

Jean de Saint Hubert, censier de Gilles aux Brebis en sa cense de Lenne consistant en une charrue de labeur ; Dieudonnée Ropson sa femme.
Jenne .veuve Jean Marsia, censeresse des Monastères à Porenne.
Jean Laurent, serviteur, conduisant une charrue de chevaux.
Martin, conduisant une charrue de bœufs.
Le 29 octobre 1660 (Prot. Not. Degrange), l’Abbaye est sûr le point de traiter un nouveau rendage à Jean Laloux des 2 censes appartenant au Monastère à Lenne comme aussi de celle de Porenne.
Un nouveau dénombrement effectué le 6 décembre 1667 (Waulsort - Commune n° 2) dit :
« Aux hameaux de Lenne et Ftroulle, il y a 4 habitants, savoir :

Jean Laloux, censier ;
Jean de Saint Hubert, censier ;
Nicolas Degrange, censier ;
Jean de Somme, manouvrier.
Il y a 4 maisons, 8 charrues, 23 chevaux et 11 poulains et 57 bêtes à cornes.

Passant aux détails, il est dit :
Jean de Saint Hubert, censier au hameau de Lenne tient une cense de 2 charrues, appartenant au Sgr de Freyr, ayant 7 chevaux, 4 poulains, 10 bœufs et 6 vaches.
Jean Laloux, censier audit Lenne, tenant une cense de 4 charrues appartenant aux Monastères de Waulsort et Hastière, ayant 10 chevaux, 2 poulains, 11 bœufs et 13 vaches et 2 jeunes bêtes ;
Nicolas de Grange, censier à Ftroulle : cense de 2 charrues appartenant pour 3/4 au Sr Tamison et 1/4 au Sr Gille aux Brebis, ayant 6 chevaux, 5 poulains, 3 bœufs, 6 vaches et 6 jeunes bêtes »,
On remarque donc qu’on ne parle plus de la cense de Mr. de la Fontaine ni de celle des Aux Brebis. Cette dernière, comme nous le verrons ci-après, a été rachetée par l’Abbaye.
Le 22 novembre 1669 (AEN. Waulsort Tr. 16) l’Abbaye rend au profit de Jean Laloux la cense que le Monastère a eu lieu de Lenne « tant leur grande cense que la petite venant du Sr Aux Brebis de Givet »,
En 1693 eut lieu un nouveau dénombrement (AEN - Waulsort - Commune n" 2). Il mentionne : « les 2 censes de Lenne »,
Jean Lalou fait valoir env. 25 boniers.
Laurent de Saint Hubert env. 25 boniers.
On ne parle donc plus que de 2 censes à Lenne.

Nous avons vu ci-dessus qu’en 1632 (AEN - Waulsort - Commune n° 2) sont cités à Lenne :
Jean Renson
Louys Collart
Jean Martin
Thomas Ropson

Quelle ferme de Lenne chacun d’eux occupait-il ?


1) Jean RENSON occupait en 1632 la ferme de l’Abbaye. En effet, un chassereau des rentes et dîmes (AEN - Abb. de Waulsort n° 87) mentionne que l’Abbaye rendit en 1632, pour 9 ans, la cense de Lenne à Jean Renson le Vieux. Celui-ci avait épousé Elisabeth Chabot (29.5.1649 Proto Not. de Frahan et Waulsort liasse 17 : Elisabeth Chabot veuve Jean Renson en son vivant censier à Lenne).
Suivant les R.P. de Waulsort, Elisabeth Chabot est marraine le 15 mars 1634 d’un fils de Louys Collart (autre censier d’une des fermes de Lenne).
Le 21 mars 1635 (R.P.) Catherine Renson fille de Jean Renson fermier à Lenne » est marraine de Pierre Burlen et le 1" novembre 1648 (acte Not. de Frahan) : dans cet acte, il est dit « feu Jean Renson, vivant censier à Lenne » : présent Perpète Renson, son fils.

2) Les ROPSON
Il va de soi que, puisque Jean Renson, occupait en 1632 la ferme de l’Abbaye, Martin Ropson et son fils Thomas devaient en occuper une autre.
Comme Martin Ropson était échevin de la Haute Cour de Freyr (AEN. Farde Freyr 1.10.1612 - Prot.Not. Couvreux 16.12.1612 - Farde Freyr 4.5.1623 - 10.5.1623 - 12.5.1623), il est fort probable qu’ils occupaient la ferme du Sgr, de Freyr (comme nous verrons plus tard Jean de Saint Hubert, gendre de Martin Ropson, et censier de la ferme du Sgr. de Freyr (6.12.1667 AEN Waulsort - Commune n° 2) être aussi échevin de la Haute Cour de Freyr (19.10.1666 Proto Not. Renson - 23.4.1673 Proto Not. Chabotteau - 13.3.1684 Onhaye Echevinage)
Martin Ropson avait épousé Catherine Beghin.

Le 15 septembre 1633 (R.P.) meurt à Waulsort Jeanne Ropson « fille non mariée du fermier Martin de Lesne alias Ropson »,
Le 23 décembre 1635 meurt Martin Ropson « fermier à Lenne ».
Le 7 mai 1636 meurt, Catherine Beghin « épouse de jadis Martin Ropson fermier à Lenne »,
Le 5 février 1637 meurt Thomas Ropson « de Lesne » emporté par la peste : il fut enterré dans le jardin.
Le 5 juillet 1637, au mariage de Jean de Saint Hubert avec Dieudonnée Ropson, celle-ci est dite « de Lenne »,

3) Louys COLLART et Jean MARTIN étaient aussi censiers de fermes à Lenne.

Mais nous n’avons retrouvé aucun acte nous permettant de déterminer lequel occupait la ferme aux Brebis ou la ferme du Sgr, de la Fontaine.

a) Louys COLLART avait épousé Marguerite de Gerni (R.P. 16.10.1631).
Il est parrain le 10.10.1631 de Louis Martin fils de Jean Martin (autre fermier de Lenne) et de Jeanne Melo.
Aux R.P. figurent les baptêmes de 3 enfants :
le 16.10.1631 de Thomas, fils de Louys Collart et de Marguerite de Gerni : le parrain fut Thomas Ropson (autre fermier de Lenne).
le 15.3.1634 de Jacques fils de Louys Collart et de Marguerite N. Le parrain fut Jean Ropson et la marraine Elisabeth Chabot (femme de Jean Renson autre fermier de Lenne). le 25.6.1635 de Jean fils de Louys Collart et de Marguerite N. Le parrain fut Jean Collart : ce devait être le frère de Louys Collart. Ce Jean Collart, originaire de Celle d’après les R.P., épousa à Waulsort le 29 septembre 1624 Marguerite Campion dont il eut : le 2.6.1625 Antoine Collart :
le 4.9.1628 Philippe Collart ;
le 16.9.1633 Anne Collart (dont Anne Ropson est marraine).

b) Jean MARTIN
Déjà le 30.11.1617 figure aux R.P. de Waulsort le baptême de Jeanne Martin fille de Jean Martin « fermier à Lenne » et de Jeanne N. C’est Jean Martin dit Ropson qui est parrain.
Cette Jeanne Martin (ainsi que sa sœur Martine) fille de Jean Martin et de Jeanne Lefebve, est confirmée le 8.9.1630 et c’est Catherine Ropson qui est marraine de confirmation.
Mais le fermier de 1632 devait être Jean Martin qui épousa à Waulsort le 4.5.1625
Marie Melo de la paroisse d’Onhaye (R.P.).
Ces derniers eurent 6 enfants, baptisés à Waulsort : le 5.8.1626 Jean Martin ,le 27.8.1627 Martine Martin (les parrain et marraine furent Thomas et Martine Ropson) le 9.2.1630 Martin Martin fils de Jean Martin « censier à Lenne » et de Marie Melo le même jour Jean Martin (baptisé par la sage-femme) ,le 10.10.1631 Louis Martin : le parrain fut Louys Collart (autre censier de Lenne) le 2.6.1635 Jacques Martin : le parrain fut Jacques Renson (fils d’un autre censier de Lenne).
On voit, par ce qui précède, combien les divers fermiers de Lenne étaient unis entre eux, des membres d’une famille étant parrains et marraines des enfants des autres familles.

••••

LES 4 CENSES

Notre propos est de donner ci-dessous les renseignements que nous avons pû recueillir sur la contenance, sur les propriétaires et sur les locataires des fermes suivantes :
la cense des Aux Brebis
la cense des Sgrs de Freyr
les censes de Lenne appartenant à l’Abbaye
la cense de Porenne appartenant à l’Abbaye.

A) La Cense des• aux• BREBIS :

Le registre n° 4 de la Haute Cour de Dinant p. 16, sous la date du 20 juillet 1511, contient le testament de Loren aux Brebis et son approbation. Comparaissent : Johan a Brebis prêtre et chanoine de l’Eglise S’ Berthelmy à Liège, Loren a Brebis et Franchois a Brebis, enfants de feu Loren a Brebis et de Marie de Warisoulx.
Le testament contient la disposition suivante : « Laisse à Maistre Johan a Brebis ma maison, chervage et appartenances de Lenne dessous Wachor, acquisitions faites par mon feu père à Johan Defaux et un preit d’environ un bonier acquis à Pernalx de Haibes ».
Nous avons vu ci-dessus que le 25 décembre 1645, la ferme de Gille aux Brebis à Lenne était exploitée par Jean de Saint Hubert époux de Dieudonnée Ropson.
Le 14 décembre 1649 (Prot. Not. de Frahan) Gille aux Brebis, juré de la terre d’Agimont en plein siège de mariage avec Anne Raguet, son épouse transporte à Michel aux Brebis le jeune, son cousin, sa maison, grange, estableries, fournys, jardins, prairies, terres et héritages et appertenances qu’il a par succession de feu le Sr. Pierre aux Brebis son père au lieu de Lenne, juridiction de Waulsort, contenant le tout suivant la mesure qui en a été faite :

en jardins et assises en prairies 1 bonier 133 verges
en prairies 1 bonier 55 verges
en terres arables 54 boniers 32 verges

pour en jouir ledit Michel au premier de may prochain.

Comme le 29 octobre 1660 (Prot. Degrange) l’Abbaye loue à Jean Laloux les 2 censes du Monastère à Lenne (alors qu’antérieurement il n’y avait qu’une cense) et que le 22 novembre 1669 (AEN. Waulsort Tr. 16) il est précisé qu’il s’agit « tant de ; leur grande cense que de la petite venant du Sr. Aux Brebis de Givet ». il est à présumer que le Sr. aux Brebis a cédé sa cense de Lenne à l’Abbaye peu de temps après son acquisition de 1649 et que c’est à ce moment que Jean de Saint Hubert quitta cette cense pour occuper celle du Sgr de Freyr.

B) La Cense du Seigneur de FREYR, à LENNE.

Elle fut bâtie en 1310 par Jean Generic sur un terrain qui lui fut vendu par l’Abbé de Waulsort. En 1472, elle passa dans la propriété des Sgrs. de Freyr par l’achat qu’en fit Guillaume de Spontin (Waulsort par abbés Carlier et Blouard dans « le Guetteur wallon 1954 p. 568).
Le 19 mars 1656, devant le Notaire Renson (Prot. Not. Renson) Noble Sgr. Jacques de Spontin, Sgr. de Freyr fait un contrat et marché avec Dieudonné Masson, maître tailleur de pierres aux termes duquel ce dernier s’oblige à livrer toutes pierres de taille nécessaires pour le bâtiment que ledit Sgr. veut faire au lieu de Lenne : il devra achever la plus grande partie cette année et le reste l’année suivante.
La cense de Lenne appartenant à Guillaume de Spontin, Sgr. de Freyr est citée dans un acte de 1584 passé entre lui et Henry Maes dit Savaige, son beau-frère, époux d’Anne de Spontin (AEN. Farde Freyr - Terre de la Rochette).
Elle est aussi mentionnée dans le testament du 4 mai 1585 de Guillaume de Spontin époux de.Jehenne d’Ochain, et dans le contrat de mariage du 16 juin 1581 entre Jacques de Spontin et Louise de Montjoie (voir plus loin).
Le 9 juin 1599 (AEN.Anseremme Tr. 31142) intervient un acte entre Thiry de Corioule, Sgr, d’Yvoir, époux de Catherine de Spontin d’une part et Jacques de Spontin d’autre part, en raison de ce que Guillaume de Spontin avait légué 100 fI. sur la cense de Lenne à Catherine sa fille.

a) Contenance :

Lors de la visitation de 1602/1603 (AEN. Waulsort - Commune nt 2 - D. Brouwers Les terriers du Comté de Namur p. 35) elle comprenait la maison et édifices d’une cense de 2 charrues (étendue de terrain qu’on peut mettre en valeur avec une charrue Nouveau Larousse illustré t. II p. 717). Dans le pays de Namur, une charrue de terres labourables équivalait à 30 bonniers (glossaire dans l’ouvrage cité de D. Brouwers).
Lors du dénombrement de décembre 1667 (AEN. Waulsort - Commune n° 2) la cense du Sgr de Freyr est aussi mentionnée comme une cense de 2 charrues de labeur.
Lors du dénombrement de 1693 (AEN. Waulsort - Commune n° 2) il est précisé que Laurent de Saint Hubert fait valoir environ 25 bonniers.
Le 20 juin 1754 (Waulsort - Commune n° 2) le géomètre Bernard fait les constatations suivantes (mesurages par suite du décret du 1.3.1752 des Mrs. du Conseil) :
« La cense de Lenne appartenant au Sgr, de Freyr : une partie des terres de ladite cense sont sur la juridiction de Freyr et s’engrange à Lenne. Ledit géomètre s’est présenté pour les mesurer à la requête des justiciers dudit Waulsort. Lui ayant signifié qu’elles ne payaient pas avec Freyr, le Sgr a envoyé son sergent qui a menacé ceux qui me renseigneraient de nous retirer, sinon qu’il nous ferait arrêter et nous conduirait au château ; sur quoy je me suis désisté et ne les ay point mesuré »,
Mais une lettre des petits manants des bans de Waulsort et Hastières adressée au Conseil provincial de Namur contre l’assiette de l’an 1754 (AEN. Waulsort - Commune n° 2) porte :
Cense de Lenne au Sgr de Freyr 70 bonniers 293
et le dénombrement du 22 juillet 1755 (Waulsort ibid) mentionne pour la cense de Mr. le Comte de Spontin à Lenne :
batiments, jardins, prez et pachis : ensemble prez sur l’île de I’hopital à Hastières 5 1/2 bon. 9 v.
et prez sur l’île dudit Hastières 5 journ, 87 v.
total 6 bon. 3 journ. 96v
. terres labourables 62 bon 191 v
trine 26 bon 151 v.

.
( N.B. :A Anvers, Bruxelles, Louvain, Malines, Nivelles, le bonnier était de 4 journaux ou 400 verges carrées et valait 94,618011 ares). (Voir à ce sujet Traité d’arithmétique par abbé Gelin 1922, p. 312 Mesures anciennes de Belgique).

b) Propriétaires successifs :

1) Guillaume (ou Willaume) de SPONTIN qui acquit en 1472 la ferme de Lenne, était l’époux de Catherine de Hontôy (Goethals-Miroir des Notab. nobiliaires t. II p. 236). Il mourut le 11 avril 1476.

2) son fils, Jacques de Spontin, émancipé le 2 janvier 1467, relève la Seigneurie de Freyr le 18 juillet 1476. Il mourut en 1504 (Goethals ibid. p. 241). Il avait épousé Marie de Salmier, décédée le 9 juillet 1510 (Goethals, ibid p. 242) ne laissant qu’une fille unique Jeanne de Spontin épouse de Jean de Modave (ibid. p. 243).

3) Ladite Jeanne de Spontin intervient dans le contrat de mariage du 10 février 1556 de son cousin Willaume de Beaufort-Spontin avec Jeanne d’Ochain (ibid. p. 256) et lui fait donation de la Seigneurie de Freyr,

4) Willaume de Beaufort-Spontin époux de Jeanne d’Ochain relève la Seigneurie de Freyr le 6 mai 1556.
Dans son testament du 4 mai 1585 approuvé par les Hautes Cours de Waulsort et Hastières le 10 mai 1597 (AEN. Freyr - Terre de la Rochette, document 7) Guillaume de Spontin époux de Jehenne d’Ochain, laisse à son fils Jacques « les maisons, granges, estableries, jardins, preits, terres, appendices et appartenances de la cense de Lenne mouvants des cours et haulteurs de Waulsoir et Hastières », Il mourut le 6 juin 1585 et Jeanne d’Ochain le 28 octobre 1587 (Goethals - ibid).

5) Dans le contrat de mariage du 16 juin 1587 (AEN - Freyr - Terre de la Rochette document 6) entre Jacques de Spontin et Louise de Montjoie (décédée le 2.7.1591), celui-ci apporte en mariage divers biens « ensemble la cense de Lenne, juridiction de Walsor », Jacques de Spontin épousa en secondes noces Marie de Fisenne (Goethals - ibid p. 259). De son premier mariage, il eut notamment : Hubert de Spontin qui hérita de Freyr.

6) Hubert de Spontin épousa le 6 avril 1630 Marguerite de Berlaymont. C’est lui qui fit bâtir en 1637 le château de Freyr actuel. Il mourut le 21 février 1651. Sa femme mourut le 8 juillet 1633. Leur fils Jacques hérita de Freyr.

7) Jacques de Spontin né le 3 novembre 1631 releva le 13 septembre 1651 la Seigneurie de Freyr. Il épousa le 12 janvier 1655 Jeanne Catherine de Harscamp. (C’est elle qui fut marraine à Waulsort le 30 janvier 1671 de Jean Jacques Albert de Saint Hubert, premier enfant de Laurent de Saint Hubert). Jacques de Spontin mourut le 7 mai 1669, sa femme le 4 octobre 1676. Après le décès de Jacques de Spontin, son fils Jacques Vincent de Spontin lui succéda.

8) Jacques Vincent de Spontin né le 19 août 1657 releva la Seigneurie de Freyr le 8 avril 1676. Il épousa en premières noces le 18 octobre 1689 Claire Ferdinande de Brandenbourg (décédée le 4.11.1690) et en secondes noces le 19 février 1707 Alexandrine de Maulde, marquise de la Buissière. Il mourut en 1731 et sa femme le 28 janvier 1743. (Goethals - ibid p. 274).

9) La Seigneurie de Freyr revint alors à leur fils Charles Albert de Spontin né à Namur le 27 septembre 1713. Il épousa suivant contrat le 3 juillet 1747 et religieusement à Florennes le 9 août 1747 Marie Comtesse de Glyrnes née le 4 avril 1732 décédée à Florennes en 1755.
Dans son testament du 5 décembre 1752 (Goethals - ibid p. 287), Charles Albert Marquis de Beaufort-Spontin déclare réunir en un seul majorat sous le nom de BeaufortSpontin ... 3° la terre et baronnie de Freyr avec un château, haute moyenne et basse justice, ferme de Lenne, terres à labour, prez, bois, chasse, pêche.

10) Son fils Frédéric de Beaufort-Spontin né à Namur le 14 septembre 1751 lui succéda (Goethals - ibid p. 292).
Il épousa en premières noces à Paris le 5 mai 1783 Marie Léopoldine de Toledo née en 1760, décédée à Bruxelles le 4 juillet 1792, et en secondes noces le 1"’ octobre 1807 Ernestine Marguerite Comtesse de Starhemberg née à Bruxelles le 9 octobre 1782, décédée à Florennes le 1"’ septembre 1852.

11) A leur décès, Freyr fut attribué à leur fille du second mariage Hermenegilde Marie de Beaufort-Spontin qui épousa à Bruxelles le 5 juillet 1836 Charles Camille Mouchet, Comte de Laubespin, qui eut notamment 2 enfants : Alfred né à Paris le 20 décembre 1844 et Théodule né à Bruxelles le 7 septembre 1848.

La ferme de Lenne dépend actuellement (vers 1970,n.d.l.r.) de la succession du Comte Hubert Mouchet Battefort de Laupespin qui avait épousé Odette Lagarde née à Paris le 31.7.1889, décédée en octobre 1956, dont il eut deux enfants :
Gilda, née à Paris le 8 juin 1919, épouse du Baron Francis Bonaert ; Jean, né à Paris le 20 décembre 1922.

c) Censlers successifs :

Ainsi que nous l’avons vu ci-dessus, il est fort probable que, dès avant 1600, Martin ROPSON et ses enfants occupèrent la ferme des Sgrs, de Freyr. C’est vraisemblablement la raison pour laquelle Martin Ropson avait été choisi comme échevin de la Haute Cour de Freyr,
Sans doute, après la mort de Martin Ropson le 23 décembre 1635, de sa femme Catherine Beghin le 7 mai 1636 et le 5 février 1637 de Thomas Ropson, la cense fut-elle reprise en location par Jean de SAINT HUBERT qui le 5 juillet 1637 avait épousé Dieudonnée Ropson, fille de Martin.
Lors du décès, le 12 avril 1639 (lendemain de sa naissance) de Jean de Saint Hubert, fils de Jean et de Dieudonnée Ropson (dont Jean Martin avait été le parrain), Jean de Saint Hubert est dit « fermier à Lenne »,
Suivant un rapport des échevins de Waulsort du 16 décembre 1642 (AEN - Waulsort Commune n° 2), il n’y avait plus en 1642 que deux fermiers à Lenne en suite des guerres contre la France. Si l’on rapproche ce fait de celui que, le 9 mai 1640, Laurent de Saint Hubert, fils de Jean et de Dieudonnée Ropson, nait à Dinant, il est vraisemblable de supposer que, par suite des vexations continuelles des armées, Jean de Saint Hubert, jeune marié, abandonna la ferme et se réfugia à Dinant.
(Lorsqu’il revint à Waulsort il reprit pendant quelques temps la ferme des Aux Brebis).

Quoi qu’il en soit, pendant près de 200 ans, la ferme de Lenne des Sgrs. de Freyr fut exploitée par la famille de Saint Hubert.

1) Jean de SAINT HUBERT époux de Dieudonnée ROPSON, exploitait le 25 décembre 1645 la ferme de Gille aux Brebis (AEN - Waulsort - Commune n° 2). Mais, comme nous l’avons vu, Gille aux Brebis transporta cette ferme le 14 dcembre 1649 (Prot. Not. de Frahan) à son cousin Michel aux Brebis qui la céda peu après à l’Abbaye. C’est vers cette époque et avant le 29 octobre 1660 (Prot. Not. Degrange) que Jean de Saint Hubert devint le censier du Sgr. de Freyr puisqu’à cette date l’Abbaye loue à Jean Laloux l’ancienne ferme des Aux Brebis.
Le 27 septembre 1666 (Prot. Not. Renson) Jean de Saint Hubert « censier à Lenne » dépose au château de Freyr contre un soldat, Pierre de Futtevoye, qui a tué plusieurs personnes.

Le 19 octobre 1666 (Prot. Not. Renson) il est échevin de la Haute Cour de Freyr. Lors du dénombremeent de décembre 1667 (AEN - Waulsort - Commune n° 2) Jean de Saint Hubert est mentionné comme censier au hameau de Lenne : il tient une cense de 2 charrues appartenant au Sgr, de Freyr, ayant 7 chevaux, 4 poulains, 10 bœufs et 6 vaches.
Le 30 mai 1668 (Prot. Not. de Frahan) Jean de Saint Hubert, censier à Lenne, témoigne à la requête de Jacques de Spontin, Sgr, de Freyr.

Le 13 juillet 1669 (Prot. Not. Renson) sont passées les convenances de Laurent de Saint Hubert « fils de Jean de Saint Hubert censier à Lenne », avec Marguerite Lesuisse. Jean de Saint Hubert y déclare donner à son fils notamment : 2 charrues toutes équipées, une de 4 chevaux et l’autre de 4 bœufs, un chariot tout équipé et 6 bêtes à laine.
Le 30 janvier 1671 est baptisé à Waulsort Jacques Albert de Saint Hubert, fils de Laurent : la marraine est Catherine d’Harscamp, dame de Freyr.

Le 23 avril 1673 (Prot. Not. Chabotteau) Jean de Saint Hubert est toujours échevin de la Haute Cour de Freyr et le 1" août 1673 (Prot. Not. Renson) il est dit « censier en la cense de la Dame de Freyr au lieu dit de Lenne »,
Jean de Saint Hubert était en vie et encore échevin de Freyr le 13 mars 1684 (Onhaye Echevinage). Par contre le 28 novembre 1686 (Waulsort - Tr. 18) d’autres échevins de Freyr sont cités. Dieudonnée Ropson mourut le 22 octobre 169l.

2) Laurent de SAINT HUBERT (9.5.1640 - 9.3.1716), époux de Marguerite LESUISSE (fille de gros fermiers de Leffe), est mentionné le 28 février 1691 (Waulsort Tr. 18) comme censier du Baron de Freyr à Lenne.
Lors du dénombrement de 1693 (Waulsort - Commune n° 2) il est dit exploiter environ 25 bonniers.
Dans des actes du 27 juillet 1695 (Waulsort liasse 19) et 5 décembre 1699 (Waulsort Tr. 4), il est dit « censier à Lenne »,
En 1702 (Waulsort - Commune n° 2) André de Saint Hubert « natif de Lenne » est déclaré défaillant à la conscription : son père, Laurent de Saint Hubert est censier de Mgr. de Freyr ; sa mère est Marguerite Lesuisse.
Laurent de Saint Hubert « censier à Lenne » mourut le 9 mars 1716 ; Marguerite Lesuisse le 6 avril 1709.

3) Leur fils Jean-Laurent de SAINT HUBERT (25.2.1690 - 23.9.1750) époux d’Anne DELOGE, leur succéda à la ferme de Lenne.
Sa femme, dans son acte de décès du 12 janvier 1767 est dite « censière à la ferme de Lenne de Freyr »,
Comme nous l’avons vu ci-dessus (contenance) cette ferme, suivant un acte de 1754, contenait 70 bonniers 293 et le 22 juillet 1755
bâtiments, jardins etc 6 bon. 3 j. 96v
terres 63 bon.. 191 v.
trine 26 bon . 151 v
Dans son acte de mariage du 24 février 1743, leur fille aînée, Marie-Barbe de Saint Hubert est dite « de Lenne »,

4) Après leurs décès, Jean-Laurent de SAINT HUBERT (31.12.1724 - 2.8.1784) époux de Marie-Marguerite BAIOT (fille de gros fermiers de Stave) reprit l’exploitation de la ferme de Lenne des Sgrs, de Freyr (tandis que le 30 mai 1769 (AEN - Abbaye n° 46) Dieudonné de Saint Hubert, son frère qui le 28.4.1767 avait épousé Marie Ernestine Berny prenait en location la ferme de l’Abbaye).

Lors du dénombrement de 1783 (Commune n° 2 - Waulsort) des censes et chevaux, la veuve Jean-Laurent de Saint Hubert est portée pour un chariot et 6 chevaux.

Un nouveau dénombrement de fin 1784 (ibid) porte : cense de Lenne à Mr. le Comte de Spontin occupée par la veuve Jean-Laurent de Saint Hubert : 10 chevaux, un chariot.
Dans son acte de décès du 2 août 1784, Jean-Laurent de Saint Hubert est dit « fermier à Lenne »,
Sa femme vivait encore à la ferme de Lenne le 10 novembre 1794 (Onhaye-Echevinage) et le 8 prairial an VI (27.5.1798) lors du mariage de son fils Louis. Elle mourut à Waulsort le 21 nivôse an XIII (11.1.1805). Son fils Louis alla s’installer à Hastières.


C) La Cense de LENNE de l’ABBAYE
.

Elle apparait dans l’histoire dès l’origine de l’Abbaye. Déjà vers 1070 un habitant de « Lenne », Englebert est cité comme favori de l’Abbé .Godescale qui lui donna des sommes considérables et des propriétés foncières appartenant à l’Abbaye et en fit un puissant seigneur (Waulsort par Carlier et Blouard dans Le Guetteur 1954 p. 567).
.La ferme resta la propriété de l’Abbaye jusqu’au 9 messidor an VI (27 juin 1798) et fut vendue à cette date comme bien national. Elle fut achetée, à la demande des religieux par Mr. André de Halloy, Seigneur de Maurenne, pour 729.000 livres. L’acte de vente stipulait que Mr. de Halloy remettra cette ferme aux religieux si, après la tourmente, les religieux se rétablissaient à Waulsort et moyennant le remboursement du prix d’achat (Waulsort par Carlier et Blouard - Lahaye : Etude sur l’Abbaye de Waulsort).
Elle fut bombardée et brûlée par les Allemands le 23 août 1914. En 1940, on découvrit une pièce en or de Trajan dans une tranchée creusée par les soldats (Carlier et Blouard - loco. cit.).

a) ’Contenance :

Suivant le registre des visitations faites au plat pays du Comté de Namur (AEN Waulsort - Commune n° 2) pour les années 1602-1603, la cense de l’Abbaye était tenue par un censier de 3 charrues.
Le 14 août 1621 l’Abbaye de Waulsort (AEN - Abb, de Waulsort n° 44) donne une spécification des biens dépendant de la cense de Lenne dont Jean Ropson est le censier. On y lit notamment p. 51v :
a) la maison, granges, étables, jardins et pourprise contenant 2 bonniers 75 verges ;
b)la saison de bonnemet touchant à Pierre aux Brebis, à Mgr de la Fontaine et à Mgr de Freyr (et comprenant une terre échangée avec Gille aux Brebis) : 37 1/2 bonniers 24 1/4 verges ;
c).la saison de Grandchamps touchant aux mêmes voisins : 30 bonniers 3 journaux et 96 1 j2 verges ;
d) la saison du tombliau et dessous les monts.
Elle s’agrandit vers 1649 par l’acquisition que fit l’Abbaye de la cense d’une charrue des aux Brebis : dès lors, le dénombrement fait fin 1667 (Waulsort - Commune n° 2) mentionne :
Jean Laloux, censier à Lenne, tient une cense de 4 charrues appartenant aux Monastères de Waulsort et Hastières (3 + 1 charrues).

Le dénombrement de 1693 mentionne : Jean Laloux fait valoir environ 25 bonniers.
Une lettre des petits manants des bans de Waulsort et Hastières adressée au Conseil provincial de Namur contre l’assiette de l’an 1754 (Waulsort - Commune n° 2) mentionne :
Cense de Lenne au Monastère 113 bonniers 267 verges.
Le dénombrement de 1755 (ibid) mentionne : les censes de Lenne et Porenne au Monastère :
bâtiments, jardins, prez et pachis 13 b. 3 j. 96 v.
grand pré annexé à la cense de Lenne 3 1/2 b. 85 v.
pré de la cense de Porenne à Gérin 742 v.
terres labourables 179 b. 3 j. 50 v. 1/2

b) Propriétaires successifs

Comme nous l’avons vu ci-dessus, la ferme resta la propriété de l’Abbaye jusqu’au 9 messidor an VI (27 juin 1798) date à laquelle elle fut vendue comme bien national à ML. André de HALLOY, Seigneur de Maurenne.
Depuis lors, elle est toujours restée la propriété de la famille de Halloy : elle est encore actuellement la propriété des de Halloy de Waulsort.

c) Censiers :

1) Le 14 août 1621 (AEN - Abb. de Waulsort n° 44), lors d’un recensement des biens dépendants de la cense de Lenne, Jean ROPSON (dit Crupet) en est le censier. Il devait déjà y être avant 1600 puisque le 16.11.1598 (Prot. Not. Eustache de la Haye) il est déjà dit « demeurant à Lenne »,
Il avait épousé Jeanne IGUET (ou Ighet) (7.2.1618 Waulsort Tr. 13).
Les époux testèrent le 7 février 1618 (Waulsort - Tr. 13) : leur neveu Thomas Ropson en hérite. Jeanne Ighet mourut à Waulsort le 24.3.1626. Un Jean Crupet meurt à Waulsort le 23.3.1628.

2) En 1632 (AEN. Abb. de Waulsort n° 87), l’Abbaye rendit pour 9 ans à Jean RENSON la cense de Lenne. Il avait épousé Elisabeth CHABOT (voir plus haut). Il mourut avant le 11 novembre 1648 (Acte Not. de Frahan).

3) Suivant la liste capitale dressée le 25 décembre 1645 (Waulsort - Commune n° 2) il semble qu’ensuite des guerres, la ferme de l’Abbaye n’était pas louée à ce moment et que seul un serviteur (Jean Laurent) s’occupait du labour.

4) En mai 1659 (Prot. Degrange 5.1.1660) l’Abbaye remet à Jean LALOUX la cense de Lenne ; mais il tente à diverses reprises de renoncer à son rendage « sous de frivoleux prétextes » et l’Abbé lui dénonce un renon. Mais le 29 octobre 1660 (Prot, Degrange) l’Abbé est sur le point de traiter avec Jean Laloux un nouveau rendage des 2 censes du Monastère comme aussi de celle de Porenne. Le prélat de Waulsort doit en septembre 1661 assigner Jean Laloux censier (Waulsort - Tr. 15 liasse).
Jean Laloux avait épousé Marguerite Ghilmain. Il mourut à Waulsort le 16 mai 1675 Porenne au profit d’Henry Laloux, son fils.
Lors du dénombrement du 6 décembre 1667 (Waulsort - Commune n° 2) Jean Laloux censier à Lenne tient une cense de 4 charrues appartenant aux Monastères de Waulsort et Hastières, ayant 10 chevaux, 2 poulains, 11 bœufs, 13 vaches et 2 jeunes bêtes.
Le 12.6.1662 ses enfants Laurent et Mathieu Laloux se noient accidentellement.
(...) par lequel il loue pour 9 ans à partir de mai 1770 la maison cense et labeur de Lenne, tant la grande cense que la petite venant du Sr aux Brebis, ainsi que la cense de Porenne.
Jean Laloux renonce en février 1667 (Prot, Degrange) au rendage de la cense de (....)
et fut inhumé dans l’Eglise.
Lors de son arrivée à Waulsort, ses enfants étaient déjà grands.
Le 22 novembre 1669 (Waulsort TL 16) le Monastère repasse un bail avec Jean Laloux Outre ceux-ci, il semble avoir eu 5 enfants :

a) Henry Laloux déjà cité le 5.1.1660 (Prot. Degrange). Il épousa vers 1663 Marie Florenee Martin, fille de Jean Martin et de Catherine Pirson, de Dréhance (8.9.1662, 55/174 - Proto de Frahan 10.1.1669).
Le 6.11.1666 l’Abbaye lui loue la cense de Gérin ; mais déjà en février 1667 (Prot. Degrange) son père renonce en sa faveur et en faveur de Marie Florence Martin à la ferme de Porenne. Le 12 juin 1675 (baptême de son fils Théodore) il est à la ferme de Frumont : il est encore dit censier de Frumont les 27.4.1697 et 4.4.1698 (R.P.).
Sa femme est dite fermière de Frumont dans l’acte de baptême du 24.2.1696 de Jean François Laloux, de Wespin. Elle est dite veuve le 10.10.1702 et le 17.3.1703 et elle teste le 9.10.1702.
31.8.1669 Françoise Laloux (parrain Laurent de Saint Hubert) 12.6.1675 Théodore Laloux né à Frumont.

b) Françoise Laloux.
Elle épousa à Waulsort le 5.8.1666 (R.P.) Jacques Degrange, greffier, notaire et bailly de Waulsort. Il mourut subitement sur la route le 6.4.1680 et fut inhumé dans l’Eglise de Waulsort. Sa femme était en vie le 29.4.1698. Ils eurent 6 enfants.

c) Sébastien Laloux. Il est émancipé par son père le 27.10.1664 (Waulsort Tr, 16). Il épousa vers 1670 Catherine Martin fille de Jean Martin, de Dréhance, et sœur de Marie Florence Martin épouse d’Henry Laloux. Il eut 6 enfants nés à Waulsort. Nous le retrouverons plus tard censier de Porenne.

d) Marie Jeanne Laloux. Elle épousa Théodore Martin, fils de Jean Martin de Dréhance et frère de Marie Florence Martin épouse d’Henry Laloux et de Catherine Martin épouse de Sébastien Laloux. Elle mourut le 14.4.1675 après avoir donné le jour le 12.4.1675 à une fille qui mourut aussitôt.

e) Jean Laloux. Il fut émancipé par son père le 27.10.1664 (Waulsort Tr. 16). Il épousa en premières noces à Waulsort le 6.2.1676 Marguerite Adrienne Haquin dont il eut 2 enfants.
Marguerite Adrienne Haquin étant décédée à Waulsort le 21.1.1679 Jean Laloux se réallia à Dinant le 5.11.1679 à Alice Lesuisse (sœur de Marguerite Lesuisse épouse de Laurent de Saint Hubert) dont il eut 5 enfants, dont le dernier naquit à Waulsort le 15.6.1699.
C’est lui qui après le décès de son père (16.5.1675) continua l’exploitation de la ferme de Lenne de l’Abbaye. Les deux fermes de Lenne étaient ainsi occupées par deux beaux-frères : celle de l’Abbaye par Jean Laloux époux d’Alice Lesuisse, celle du Sgr de Freyr par Laurent de Saint Hubert époux de Marguerite Lesuisse.
Lors du dénombrement de 1693 (Waulsort - Commune n° 2) Jean Laloux fait valoir 25 bonniers.
Il est encore cité comme censier de Lenne le 27.7.1695 (Waulsort Liasse 19) - 24.3.1698 (Waulsort - Rég. A n- 2) - 5.12.1699 (Waulsort Tr, 4) - 28.3.1702 (Waulsort - Tr. Liasse 20).

5) La famille RIBOUX semble avoir occupé la ferme de l’Abbaye à Lenne entre 1702 et 1711.
Alors que le 14 janvier 1702 (AEN - Waulsort - Commune n° 2) Pierre Riboux natif d’Hastières, fils de Simon Riboux et de Marie Paquet, bourgeois de Blaimont, est déclaré défaillant à la levée en masse décrétée par les français, Simon Riboux meurt à Waulsort en 1711 (R.P.).
Le 4 mars 1715 (R.P. Waulsort) meurt à la ferme de Lenne de l’Abbaye Simon Croisier, natif de Falmignoul : l’acte précise qu’après divers domiciles comme fermier, il mourut octogénaire à Lenne et qu’il était parent « des fermiers Riboux » .
Simon Riboux (le père) semble avoir eu les enfants suivants qui vécurent à Lenne :

a) Catherine Riboux : elle épousa le 2 février 1723 Jacques Arnould : Pierre Riboux est son témoin (R.P.).
Le 16 mai 1727 (R.P.) meurt leur enfant Pierre, « piétiné par des chevaux à la ferme de Lenne »,
Le 26 novembre 1729 (R.P.) est baptisée leur fille Jeanne Joseph Arnould.
Catherine Riboux est marraine le 6.4.1732 de Marie-Catherine Dechamps fille de Pierre Decharnps (fermier à Lenne acte de décès 29.5.1750) et de Marie Jeanne Riboux.

b) Pierre Riboux : il épousa à Waulsort le 21 février 1724 (R.P.) Jeanne Barbe Burlen :
Materne et Jean Riboux sont ses témoins.
Le 20 décembre 1724 (R.P.) est baptisée par le chirurgien un fils qui meurt aussitôt.

c) Marie-Jeanne Riboux : elle épousa à Waulsort le 8 septembre 1727 Pierre Dechamps, originaire de Stave. Ils eurent 2 enfants baptisés à Waulsort (R.P.)
Nicolas Decharnps baptisé le 16 juin 1730 (P. : Nicolas Riboux - M. : Elisabeth Dechamps), confirmé le 4.1.1738.
Il est parrain le 11.11.1751 (avec Marie Jeanne Joseph de Saint Hubert) de Marie Jeanne Joseph Henry.
Marie-Catherine Dechamps baptisée le 6 avril 1732 (P. : Materne Riboux - M. : Catherine Riboux).
Elle est marraine à Waulsort le 92.1747 de Marie-Joseph Bout y et dans cet acte elle est dite « de Lenne »,
Marie-Jeanne Riboux est marraine le 24.4.1740 (avec Jean Laurent de Saint Hubert comme parrain) de Jean Bauche. Elle mourut à Waulsort le 29 mai 1750 et dans cet acte, elle est dite « épouse de Pierre Dechamps fermier à Lenne »,

d) Materne Riboux : Il est témoin le 21.2.1724 au mariage de Pierre Riboux. Il épousa à Waulsort le 26 avril 1728 (R.P.) Jeanne Joseph Dechamps : les témoins sont Nicolas Riboux et Pierre Dechamps.
Ils eurent 3 enfants baptisés à Waulsort :
Jean-Joseph Riboux, baptisé le 14.1.1730 (P. : Jean Riboux - M. Barbe Catherine Dechamps).
Marie-Catherine Riboux, baptisée le 3.2.1732. Benoit-Materne baptisé le 23.4.1734.

e) Jean Riboux, témoin au mariage de Pierre Riboux le 21.2.1724 et parrain le 14.1.1730 de Jean-Joseph Riboux fils de Materne Riboux.

f) Nicolas Riboux : témoin au mariage le 26.4.’1728 de Materne Riboux.

Il résulte de ce qui précède que les Riboux et/ou les Dechamps occupèrent la ferme de l’Abbaye à Lenne au moins jusqu’en 1750 et sans doute jusqu’en 1755 ou 1760, date d’arrivée à Lenne des Berny.

6) Le 24 mars 1760 (Abb. de Waulsort liasse 46), l’Abbaye donne en location pour 9 ans à Martin BERNY et à Ernestine CUISSET, son épouse, la ferme de Lenne de l’Abbaye.
Mais déjà le 11 octobre 1761 meurt à Waulsort (R.P.) Marie Ernestine Guisset et le 3 mai 1764 Martin Berny : tous deux furent inhumés dans l’Eglise de Waulsort.
Ils laissaient 4 enfants (voir généalogie BERNY)

Le 7 mai 1764 (Abb. de Waulsort n° 46) l’Abbaye leur continue la location.

a ) Nicolas Joseph Berny.
b) François Joseph Berny : le 16 février 1767 (Abbaye de Waulsort n° 46) l’Abbaye lui loue la cense de Porenne. Il épousa à Chatelineau le 2.2.1769 Marie Joseph Aldegonde Thibaut.
L’Abbaye lui renouvelle la location de Porenne les 30.5.1769 - 7.6.1774 - 27.2.1776 29.10.1792 (Abb. de W. n° 46).
c) Marie Ernestine Joseph Berny : elle épousa à Waulsort le 28 avril 1767 Dieudonné de Saint Hubert.
d) Anne Joseph Berny : le 16.2.1767, elle accompagne à Porenne son frère François-Joseph Berny. Elle épousa à Waulsort le 30.1.1769 (R.P.) Pierre Wauthier, de Rosée.

7) A l’expiration du bail du 24 mars 1760 passé avec les Berny, et comme François-Joseph Berny et sa sœur Anne-Joseph sont partis à Porenne, l’Abbaye loue le 30 mai 1769 (Abb, de Waulsort n° 46) la cense à Dieudonné de SAINT HUBERT. Le contrat est renouvelé le 7 juin 1774.
Lors d’un dénombrement effectué en 1783 des censes et des chevaux (Commune n° 2) Dieudonné de Saint Hubert est mentionné pour 2 chariots et 10 chevaux. De même lors du dénombrement de 1784 (ibid).
Dieudonné de Saint Hubert mourut à Lenne le 15 décembre 1785 à 48 ans. Sa femme ne mourut que le 25 floreal an VIII.

A part deux filles, ils ne laissaient qu’un fils Célestin Joseph Ambroise (dit Joseph) de SAINT HUBERT, né le 1er mars 1770, donc âgé seulement de 15 ans lors du décès de son père.
La ferme ayant été rachetée le 9 messidor an VI (27 juin 1798) par Mr André de Halloy, Seigneur de Maurenne, Célestin Joseph Ambroise de Saint Hubert qui, le 8 octobre 1804, avait épousé Augustine BOULVIN, continue l’exploitation.

Le 19 janvier 1819, il « renouvelle » avec les consorts Jacob la location pour 12 ans à partir du 1" mai 1821 de la ferme de Porenne qu’il exploitait déjà. Cette ferme ayant été rachetée en 1827 par Mr. de Halloy un bail de 3, 6, 9 ans est passé entre Charles André de Halloy et Joseph de Saint Hubert le 26 avril 1832 à commencer le 1" mai 1833, concernant les fermes de Lenne et Porenne.
Joseph de Saint Hubert mourut à Lenne le 1" novembre 1839.

Son fils Adolphe, né le 15 novembre 1817, continua l’exploitation. Il épousa à Waulsort le 4 juillet 1843 Caroline Claire Adèle Richard qui mourut le 5 mai 1848 : un inventaire fut fait les 2 et 3 juin 1848 par le Notaire Monseu de Dinant. Une vente publique de. moutons eut lieu le 8 janvier 1849 et une vente d’une partie du mobilier du 23 au 27 avril 1849.
Dès 1848 un bail est signé avec les époux Dupont-Laloux (lnv. Arch. de Halloy).
Adolphe de Saint Hubert continue toutefois à habiter Lenne : il y habitait encore le 30 juillet 1851 mais quitta peu après pour la ferme de Wespin.

8) En 1848, les fermes de Lenne et Porenne sont louées aux époux DUPONT-LALOUX
En 1863-1870, aux époux Deuquet, en 1884 1890 aux frères Deuquet, (Inv. Arch. de Halloy)
Les noms Collart et Laloux restent associés aux fermes de Lenne : le 20 mars 1960 est décédé, à 56 ans, à la ferme de Lenne Marius Collart, époux d’Hélène Laloux.

D) La Cense de PORENNE :

A quelque distance de la ferme de Lenne, se trouvait la ferme de Porenne, dépendante de l’Abbaye ; un charte du 6 novembre 1334 affirme son existence à cette époque : le Comte de Namur y revendique le droit d’envoyer une fois l’an ses veneurs et ses meutes prendre quartiers aux fermes de Lenne et Porenne (Carlier et Blouart - Waulsort dans le Guetteur wallon)

.
a) Contenance :

Lors de la visite de 1602/1603 (Terriers du Comte de Namur par Brouwers) la ferme de Porenne est dite de 3 charrues.
Lors de la vente le 31 octobre 1827 par les consorts Jacob aux de Halloy, ’elle est dite contenir 131 bonniers 75 perches, consistant en bâtiments, terres labourables, jardins, vergers, prés, abreuvoirs et bois. Il s’agit ici des mesures agraires décrétées par la loi hollandaise du 21 août 1816, suivant laquelle le bonnier = 1 hectare, la perche = 1 are. La contenance était donc de 131 Ha 75 a.

b) Propriétaires :

Jusqu’en 1798, la ferme de Porenne fut la propriété de l’Abbaye de Waulsort.
Il semble que lors de sa vente comme bien national, elle fut acquise par la famille Jacob (en 1800 un Jacob était receveur du duc de Beaufort).
Le 19 janvier 1819, la ferme était en indivision entre :
Amélie Jacob épouse de Pierre Victoire Toupet des Vignes, de Givet.
Claire Louise Jacob épouse de Mr. Popo Fischbach, de Stavelot.
Marie Joséphine Victoire Jacob épouse de François Nicolas Burnenville de Stavelot.
Louis Joseph Nicolas Duchesne, docteur en médecine à S’ Hubert, veuf d’Henriette Claire Jacob (papiers de famille).
Les 19 octobre 1827 et 31 octobre 1827 (Arch. de Halloy), les susdits vendent la ferme de Porenne à Charles André Alexis de Halloy. Elle est encore la propriété de la famille de Halloy actuellement.

c) Locataires :

1).Le 30 janvier 1609 (Tr, 82 liasse) y résidait Nicolas Scenbbis.

2) .Dès avant 1614 Gilles Thiry, époux d’Anne Hannez exploitait la ferme de Porenne.
Ses enfants y naissent :
26.3.1614 Jean fils de Gilles N. de Porenne et d’Anne
9.9.1616 Jeanne fille de Gilles de Porenne
29.12.1618 Thomas fils de Gilles Thiry et d’Anne, de Porenne
31.5.1623 Catherine fille de Gilles fermier de Porenne et d’Anne Hannet
13.5.1626 Lambert fils de N. Thiry fermier de Porenne et d’Anne Hanez 13.11.1627 Gilles fils de Gilles fermier de Porenne et d’Anne Hanné
9.5.1630 Guillaume fils de Gilles Thiry et d’Anne Hanné
25.4.1633 Dieudonné fils de Gilles Thiry et Anne Hanné.
Le 10 novembre 1634 (Prot, Not. de Frahan) Gilles Thiry, censier à Porenne prend en location pour 9 ans la cense de Falaen appartenant à Catherine de Neeff veuve Laurent Ormoy.

3) Le 8 novembre 1634 (Abb. Waulsort Reg. 47 p. 17) la cense de Porenne est donnée en location à Jean MARCIAU, époux de Jehenne HENRART (Prot, de Frahan 21.7.1657).
Lors du dénombrement du 7 décembre 1645 (Waulsort - Commune n° 2) à Porenne figure : Jenne, veuve de feu Jan Marsia, censeresse des monastères en leur cense de Porenne, la dite cense consistant en 2 charrues 3/4 de labeur, le tiers duquel et davantage est présentement et passé plusieurs années incultivé. Jean, Pierre et Jenne ses enfants.

Le 29.10.1660 (Prot. Degrange) l’Abbé de Waulsort est sur le point de traiter le rendage à Jean LALOUX des 2 censes de Lenne comme aussi de celle de Porenne. Jean Laloux renonce en février 1667 (Prot. Degrange) au rendage de la ferme de Porenne au profit d’Henry Laloux son fils époux de Marie Florentine Martin.
Le 22 novembre 1669 (AEN - Waulsort 16) le Monastère refait un bail avec Jean Laloux pour 9 ans tant des 2 censes de Lenne que de celle de Porenne.
Il semble qu’après son décès en 1675, son fils Bastien Laloux époux de Catherine Martin ait continué l’exploitation de la cense de Porenne car ses enfants naissent à Waulsort de 1671 à 1694, et le 20 décembre 1692 (Proto Not. Coesmans) Bastin Laloux est dit « censier de Porenne »,

4) Le 10 novembre 1699 (Waulsort . liasse 19) Thiry Philibert est dit « censier de Porenne »,

5) Après avoir été censier d’Anseremme (1683-89) puis du Rondchêne (1688-1699) Nicolas LESUISSE époux de Barbe Boursois est à Porenne le 22 janvier 1700. Il mourut à Waulsort « fermier de Porenne » le 12 juin 1709 (R.P.). Nous n’avons trouvé aucun document concernant la location de Porenne entre cette date et 1767.

6) Le 16 février 1767 (Abb. de Waulsort n° 46) l’Abbaye loue à François et Anne Joseph BERNY la cense de Porenne. Le 2 février 1769 (R.P.) François Berny épouse à Chatelineau Jeanne Marie Joseph Aldegonde Thibaut. Les 30.5.1769, 7.6.1774, 272.1776 et 29.10.1792 (Abb. de Waulsort n° 46) l’Abbaye lui renouvelle la location de ladite cense.
Lors du dénombrement du 17 novembre 1784 (Waulsort• Commune n° 2) il est dit posséder 10 chevaux et 2 chariots.
La famille semble encore y être le 20 pluviose an VII (8.2.1799) car son fils Pierre Berny, dit résidant à Lenne, épouse à Waulsort à cette date Marie Catherine de Saint Hubert fille de Jean-Laurent de Saint Hubert et de Marie Marguerite Baiot.

7) Après la vente de la ferme de Porenne comme bien national et son acquisition par la famille Jacob, il semble que ce soit Célestin Joseph Ambroise de Saint Hubert qui reprit la location car le 19 janvier 1819 il « renouvelle" avec les consorts’ Jacob la location pour 12 ans de la ferme de Porenne « qu’il exploite déjà » suivant l’acte.
Cette ferme ayant été rachetée en 1827 par Mr. de Halloy, un bail de 3, 6, 9 ans est passé le 26 avril 1832 (papiers de famille) entre lui et Joseph de Saint Hubert, concernant les fermes de Lenne et Porenne.
Dès lors, les fermes de Lenne et Porenne sont toujours louées ensemble : en 1848, aux époux Dupont-Laloux,
1863-70 aux époux Deuquet,
1884-90 aux frères Deuquet.

Extrait de l’ouvrage « Etude généalogique sur les de SAINT HUBERT
Par Paul de SAINT HUBERT , docteur en droit.

Michel M.E. HUBERT